Nouveau DPE : quelles sont les nouvelles obligations et les évolutions ?

Vous le savez, chez ilek, parler d’énergie, c’est aussi parler de consommation énergétique et bien sûr de répercutions sur l’environnement 🌏. On ne pouvait donc pas passer à côté de ce sujet ô combien important : le DPE ! Et ça tombe bien puisqu’il a fait peau neuve il y a peu…

Tout beau, tout neuf, voici donc le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) dont l’évolution est entrée en vigueur au 1er juillet 2021. Le fameux diagnostic a ainsi progressé pour devenir plus précis, plus fiable, plus facile à comprendre et également plus orienté sur l’impact environnemental lié à la consommation énergétique de votre logement. On ne peut qu’applaudir ces changements 👏

L’objectif de cette réforme du DPE est clair : placer le diagnostic au cœur des politiques publiques de réduction de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, tout en incitant à la rénovation énergétique des bâtiments sur l’ensemble du territoire national. On ne le répètera jamais assez, mais le secteur du bâtiment est effet la pierre angulaire de la réussite de la transition énergétique, il représente le plus gros gisement d’économie d’énergie.

On fait donc le point sur les évaluations et les obligations de ce nouveau DPE, et on revient ici sur toute ses implications, que l’on soit propriétaire ou locataire.


Diagnostic de Performance Énergétique : à quoi ça sert ?

À combien s’élève votre consommation d’énergie ? Quels sont les équipements qui consomment le plus chez vous ? Est-ce que mon logement est énergivore ? Autant de question auxquelles le Diagnostic de Performance Énergétique répond à travers une évaluation complète de votre habitat. Une analyse aussi bien économique qu’écologique qui rend compte de la consommation d’énergie au quotidien pour identifier d’éventuelles sources de gaspillage.

Le DPE se présente sous la forme d’un document qui fait donc état de la performance énergétique de votre logement : il lui délivre une note qui s’appuie sur la quantité d’énergie consommée ou estimée pour répondre aux différents besoins liés à l’utilisation standard du logement. Cela dépend aussi de la qualité du bâti, de son isolation, de ses équipements techniques et de son mode de fonctionnement. Grâce aux informations qu’il délivre on peut donc considérer et améliorer l’état de son habitation, et ça n’a que du positif 👌

De la même manière qu’un nutri-score pour les aliments, le nouveau Diagnostic de Performance Énergétique informe le propriétaire ou le locataire sur la consommation énergétique de son logement grâce à une étiquette « énergie » représentée en 7 classes, de A à G, et une étiquette « climat » pour estimer les émissions de gaz à effet de serre émises.

La nouvelle version du DPE permet également au propriétaire ou locataire d’avoir des conseils pour maîtriser sa consommation et des recommandations de travaux d’économies d’énergie. Pas mal du tout !

Voilà donc un document qui mérite toute notre attention quand on tient à faire du bien à son portefeuille comme à la planète 👁

Les classes énergétiques du DPE, facile de A à G…

Alors comment savoir si votre 🏠  a une bonne note ?
C’est simple, plus votre étiquette se rapproche de la lettre « G » et donc de la couleur rouge du DPE, plus votre logement est énergivore.

On fait le point sur les différentes classes énergétiques :

Nouveau DPE : quelles sont les nouvelles obligations et les évolutions

  • Classe A : le logement consomme moins de 50 kWh / m² / an soit un coût estimé inférieur à 250 € par an.
  • Classe B: le logement consomme entre 51 et 90 kWh / m² / an soit un coût estimé entre 251 e 500 € par an.
  • Classe C: le logement consomme entre 91 et 150 kWh / m² / an soit un coût estimé entre 501 e 750 € par an.
  • Classe D: le logement consomme entre 151 et 230 kWh / m² / an soit un coût estimé entre 501 e 750 € par an.
  • Classe E: le logement consomme entre 231 et 330 kWh / m² / an soit un coût estimé entre € 1.151 e € 1.650 par an.
  • Classe F : le loge
    ment consomme entre 331 et 450 kWh / m² / an soit un coût estimé entre 1.651 e 2.250 € par an.
  • Classe G : le logement consomme plus de 450 kWh / m² / an soit un coût estimé supérieur à 2.250 € par an.

À noter que l’étiquette énergie « D » est la plus fréquente en France. Si votre logement est classé « E », « F » ou même « G », c’est que votre consommation d’énergie est élevée ! Sûrement le résultat d’une mauvaise isolation, d’une surconsommation de chauffage…☝️ Pour le coup, on ne serait que vous recommander de lancer des travaux de rénovation et d’isolation énergétique et pourquoi pas faire aussi appelle à la Prime Énergie pour cela. Il faut aussi savoir que les mauvaises classifications vont progressivement être pénalisées (comme on le détaille plus bas). En 2022 une décret qualifie désormais de logement décent les biens dont la consommation énergétique ne dépasse pas le seuil de 450 kilowattheures par mètre carré habitable. Ce critère qui recoupe en partie la classe G, entrera en vigueur le 1er janvier 2023 pourrait sortir environ 90 000 logements du parc locatif d’après le gouvernemental.

Le nouveau DPE évalue aussi les émissions de GES (gaz à effets de serre), là aussi il y a 7 classes qui interviennent en compléments des précédentes :

  • Classe A : le logement produit moins de 5 kg de CO2 par an. Ça c’est une super belle perf 🙌
  • Classe B : le logement produit de 6 à 10 kg de CO2 par an. Et c’est très bon aussi👌
  • Classe C : le logement produit de 11 à 20 kg de CO2 par an. On est pas mal 👍
  • Classe D : le logement produit de 21 à 35 kg de CO2 par an. Là on est sur la moyenne 👈
  • Classe E : le logement produit de 36 à 55 kg de CO2 par an. Là il faut vite améliorer ça ☝️
  • Classe F : le logement produit de 56 à 80 kg de CO2 par an. Pas top, on peut vraiment faire mieux ☝️
  • Classe G : le logement produit plus de 80 kg de CO2 par an. Là clairement c’est bof bof bof 👎  Il est temps d’agir.

Voilà donc comment en un coup d’👁 , on en sait bien plus sur son logement.

Ce DPE, comment est-il calculé ?

De base, pour évaluer la classe énergétique de votre habitation, le Diagnostic de Performance Énergétique s’appuie sur différents critères comme le type d’isolation, le système de chauffage ou même le climat à l’année de construction. Le DPE a plusieurs fois été mis à jour pour intégrer davantage de points de contrôle et offrir une analyse toujours plus précise et proche du réel.

Dans sa nouvelle version, le diagnostic repose aussi sur un calcul intégrant cinq usages : le chauffage, l’eau chaude, la climatisation, l’éclairage et l’électricité utilisée pour le fonctionnement des pompes et ventilateurs. La méthode de calcul du DPE tient également compte du critère climatique lié à la consommation d’énergie du logement (selon sa région) ainsi qu’une estimation d’un montant moyen de la facture énergétique associée.

Avec ces ajustements de mode de calcul, cela devrait donc entraîner quelques changements de classes énergétiques pour certains logements. Si vous vivez dans un logement chauffé à l’électricité ou au bois par exemple, vous devriez gagner quelques places dans le classement énergétique du DPE contrairement à ceux chauffés au gaz ou au fioul.

Et les obligations de ce nouveau DPE alors ?

Première chose à savoir : un Diagnostic de Performance Énergétique est valable 10 ans ⏳ Il est obligatoire lors de toute vente ou location d’un logement pour en appréhender la performance énergétique, en mesurer l’impact environnemental, estimer le montant de sa facture d’énergie et aussi évaluer les coûts d’éventuelles rénovations.

Dans cette même logique, à partir du 1er janvier 2022 il devient obligatoire d’afficher les indicateurs du DPE dans les annonces immobilières et de mentionner explicitement une évaluation de la facture énergétique théorique du logement. Là aussi les choses avancent !

Côté juridique, le nouveau DPE devient par ailleurs opposable et non plus seulement informatif, suite à la loi ELAN. Un acheteur ou un locataire peut ainsi se retourner contre le propriétaire en cas de DPE mensonger. Dans le cadre d’une location, le locataire pourra également solliciter son propriétaire pour entamer des travaux de rénovation énergétique.

À noter aussi que pour les anciens DPE (antérieurs à juillet 2021), la durée de validité va être écourtée pour laisser place à la nouvelle formule et ainsi faire disparaître progressivement la précédente d’ici à 2025. L’idée étant aussi d’accélérer la transition et de limiter la durée de cohabitation entre les deux formats.

Combien coûte la réalisation d’un DPE au final ?

Le DPE coûte entre 100 et 250 euros en fonction de la superficie du logement et de son année de construction. Il doit être réalisé par un diagnostiqueur professionnel certifié. Des organismes de certification de personnes, accrédités par le Comité français d’accréditation (COFRAC), vérifient les compétences de ces professionnels. Vous pouvez aussi vous rendre sur cet annuaire des diagnostiqueurs certifiés 🔎

Améliorer la classe énergie de votre logement, la note du DPE

La refonte du DPE s’inscrit aussi dans une démarche plus globale visant à accélérer la rénovation énergétique des bâtiments mais aussi à lutter contre les « passoires thermiques ».

  • Les logements classés G seront interdits à la location à compter du 1 janvier 2023.
  • Les logements classés F, à compter du 1 janvier 2028.
  • Les logements classés E, à compter du 1 janvier 2034.

La bonne nouvelle c’est que des solutions concrètes, simples et même économiques existent 👇

Rénovation énergétique du parc immobilier

Pour réhabiliter ces logements qualifiés de logements « indécents », le gouvernement met le cap sur la rénovation énergétique du parc bâti. Parmi les leviers d’action proposés : les travaux d’économies d’énergie. Ils permettent de réduire votre consommation d’énergie, de réduire l’empreinte de votre logement mais aussi d’améliorer considérablement votre confort de vie. Tout un beau programme grâce auquel vous pouvez contribuer, à votre échelle, à la transition énergétique 🌿

Travaux d’isolation

L’isolation, c’est LE point capital grâce auquel vous allez pouvoir faire des économie d’énergie et aussi améliorer drastiquement la qualité environnementale de votre logement. En somme réaliser des travaux d’isolation c’est améliorer nettement le classement DPE de son logement 🥇

La prime énergie CEE

Et pour vous aider à sauter le pas, rien de tel qu’une prime ! Le dispositif des certificats d’économies d’énergie, ou CEE, permet de vous aider à vous lancer et à financer vos travaux grâce à l’octroi de la Prime Énergie CEE. Pour vous accompagner sur ce type de projet, ilek s’est d’ailleurs associé à Pass’Renov pour vous permettre de bénéficier de cette prime et rénover au mieux votre logement. Que vous soyez en maison individuelle ou en immeuble, cette Prime Énergie CEE est ouverte à tout le monde !

Ne vous reste plus qu’à vous lancer pour améliorer votre DPE, et faire un geste pour la 🌏

D’autres articles qui pourraient vous intéresser :