Fin d’année en beauté : faire son bilan carbone et passer à l’action

Damien, 30 Nov 2023
L’ACTUALITÉ ILEK 11 minutes
img

CO2, carbone, réduire son impact, équivalent CO2… ces termes vous sont familiers mais vous n’avez jamais pris le temps de vous y intéresser ? Vous aimeriez commencer, mais l’abondance d’informations sur le sujet vous donne le sentiment que cela va être trop long, ou compliqué ? Bonne nouvelle : prendre soin de son bilan carbone, cela ne veut pas forcément dire calculs compliqués et contraintes à tout va. Et pour vous aider à faire votre premier pas, nous vous proposons un dossier complet, du bilan carbone à l’action !

Le bilan carbone, quésaco ?

Salon l’Agence française de la transition écologique (appelée l’ADEME), l’empreinte carbone correspond aux émissions de gaz à effet de serre (GES) induites par tout ce que nous consommons, utilisons, puis jetons. En effet, ces activités individuelles ont nécessité de la matière et de l’énergie ; que ce soit dans la phase de production, d’utilisation, ou de fin de vie d’un bien par exemple. Et selon la dernière moyenne d’empreinte carbone française calculée par le Ministère de l’Environnement en novembre 2022, l’empreinte carbone moyenne d’une personne habitant en France est de 8,9 tonnes de CO2.

Alors, pourquoi entend-on souvent parler de l’objectif de 2 tonnes de CO2 par personne et par an ? 2 tonnes, c’est l’impact carbone individuel qui doit être atteint collectivement, au plus tard en 2050, afin de contenir le réchauffement climatique à +2°C. Un budget climat concret, découlant des travaux scientifiques du GIEC, documents de référence à l’échelle planétaire car issus d’un consensus scientifique mondial.

Vous l’aurez compris, faire son bilan carbone, c’est calculer individuellement combien de CO2 est émis chaque année par nos activités, nos achats, nos déplacements, nos consommations. Et pour cela, rien de plus simple : il suffit de réaliser ce test rapide développé par l’ADEME.

Alors, 2, 5 ou 9 tonnes de CO2, qu’est-ce que cela représente ? Pour y voir plus clair, le plus simple est encore de trouver des équivalents nous permettant de mieux visualiser ☁️. Pour cela aussi nous avons un outil disponible, juste ici.

Et avant de passer à l’action, une dernière vidéo juste pour vous, afin de s’assurer que tout soit bien clair sur cette histoire de bilan carbone :

Se documenter avant d’aller plus loin

On ne le répétera jamais assez : pour régler un problème, il faut avant tout le comprendre ! Vous connaissez désormais votre impact carbone (si ce n’est pas encore le cas, cliquez juste ici), mais vous aimeriez en savoir plus sur les chiffres clés du climat, les rapports du GIEC ou encore des livres ou documentaires à consulter pour en savoir plus ? Nous avons rassemblé pour vous quelques ressources très utiles pour aller plus loin.

📚 Des livres à lire sans hésitation :

  • L’entraide : L’autre loi de la jungle”, de Gauthier Chapelle et Pablo Servigne.
  • L’exode urbain : Manifeste pour une ruralité positive”, de Claire Desmares-Poirrier.
  • Petit traité d’écologie sauvage”, d’Alessandro Pignocchi.
  • Raviver les braises du vivant”, de Baptiste Morizot.

👂 Des podcasts à écouter sans modération :

  • Chaleur humaine – Rencontres avec ceux qui pensent et agissent pour faire face au défi climatique.
  • La Terre au carré – Toute l’actualité de la planète pour imaginer le monde d’aujourd’hui et de demain.
  • Super Green Me  – Vivre à 2 tonnes de CO2, c’est possible ?
  • Y’a plus de saisons – À quoi ressembleront nos vies si on ne fait rien pour stopper la crise climatique ?
  • En bouture Simone – Le podcast nomade d’une woofeuse à la découverte de la vie paysanne.
  • Solastalgie – Le changement climatique vu par celles et ceux qui le vivent déjà.

🎥 Des films à voir absolument :

  • Legacy : notre héritage”, de Yann Arthus-Bertrand.
  • Notre planète”, série crée par Alastair Fothergill.
  • Demain”, de Cyril Dion et Mélanie Laurent.

📝 Et des ressources à consulter :

Passer à l’action à l’échelle individuelle

Nous en sommes certains : maintenant que tout est clair, vous ne rêvez que d’une chose : passer à l’action ! Pour cela, voici 7 principes clés qui vont faire rapidement baisser votre bilan carbone :

  • 🌡️ Limiter le chauffage et la climatisation (détail de nos écogestes par ici).
  • 🐄 Réduire les consommations de produits animaux.
  • 📱 Augmenter la durée de vie des appareils électroniques.
  • 🗑️ Réduire sa consommation et donc ses déchets.
  • ♻️ Recycler.
  • 🚲 Favoriser la mobilité douce ou les transports bas carbone comme le train et le vélo.
  • 🚗 Covoiturer pour limiter l’utilisation de la voiture individuelle.

Vous souhaitez en savoir plus et comprendre l’impact des actions qui vous sont proposées ? Rendez-vous sur la rubrique dédiée de l’ADEME, où vous trouverez de nombreuses actions et leurs impacts pour réduire votre bilan carbone.

Passer à l’action dans l’entreprise

Parce que faire bouger une entreprise, c’est faire bouger de nombreux individus au travail mais aussi dans leurs impacts à la maison, il est aussi intéressant de travailler votre impact carbone sur votre lieu de travail.

Agir pour la sobriété énergétique

Ici comme à la maison, le chauffage et la climatisation impactent massivement l’énergie consommée (50% de la consommation au bureau, plus de 66% à la maison) et donc l’impact carbone : limiter le chauffage à 19 ou 20° et la climatisation à 26°, regarder la température réelle et pas le ressenti ou encore se laver les mains à l’eau froide pour éviter d’activer le chauffe-eau sont autant de gestes qui peuvent faire baisser la consommation énergétique. 1° en moins de chauffage, c’est pas exemple 7 à 10% de consommation énergétique en moins.

Et les appareils électriques branchés dans tout cela ? L’informatique représente 25% de l’énergie consommée dans les bureaux, et se répartie de la façon suivante :

ADEME, Chiffres clés, Consommation énergétique des équipements informatiques en milieu professionnel.

Alors là aussi quelques gestes simples peuvent faire la différence :

  • Éteindre son ordinateur au lieu de le mettre en veille au delà d’une heure d’absence.
  • Éteindre son écran secondaire lorsque l’on quitte son poste de travail.
  • Paramétrer son ordinateur en mode économie d’énergie.
  • Utiliser les applications en mode sombre (en plus, c’est meilleur pour les yeux).
  • Débrancher les câbles et les chargeurs avant de quitter le travail ou le week-end.

Agir pour la sobriété numérique

Au bureau comme à la maison, le point clé sur le numérique, c’est la durée de vie des équipements. Saviez-vous que les français changent leur téléphone à 88% alors qu’il fonctionne encore (source ADEME) ? Et que la fabrication d’un ordinateur émet 24 fois plus de CO2 que son utilisation pendant un an ? Alors un seul mot d’ordre, faites durer vos équipements avec quelques gestes simples :

  • Fermer et ranger les ordinateurs pour éviter de le salir, ne pas manger au-dessus.
  • Éviter de poser son ordinateur sur un lit ou un canapé pour ne pas bloquer la ventilation.
  • Transporter son ordinateur dans un support adapté lors de voyages.
  • Éviter d’exposer son téléphone à des températures extrêmes.
  • Préférer des chargeurs de la même marque de téléphone pour une charge adaptée.
  • Ne pas laisser son téléphone charger la nuit, garder la batterie entre 1% et 99%.
  • Protéger son téléphone à l’aide de verre trempé et coque.
  • Réparer le matériel cassé plutôt que de jeter.
  • Ne pas changer de matériel pour des effets de mode.

De plus, vous avez certainement déjà entendu parler de la problématique des emails : 306,4 milliards de mails sont envoyés chaque jour dans le monde, nécessitant une quantité importante d’énergie. Afin de la réduire, il est important de limiter le nombre de destinataires et de pièces jointes, mais aussi de trier et supprimer ses emails quand ils ne sont plus utiles.

Enfin, il est coutume de dire que si internet était un pays, il serait le 3e plus gros consommateur d’électricité au monde. Pour réduire son impact, plusieurs gestes comptent :

  • Limiter le streaming, surtout pour les vidéos, ou baisser la qualité : la consommation mondiale de streaming vidéo émet chaque année 300 millions de tonnes de CO2, une pollution équivalente à celle d’un pays comme l’Espagne.
  • Fermer les fenêtres et onglets non utilisés pour limiter la consommation du navigateur.
  • Limiter les recherches internet et mettre les sites en favori pour réduire la consommation des data centers.
  • Installer carbonalyser, l’extension qui calcule les émissions carbone de votre navigation web par le Shift Project.
  • Paramétrer le moteur de recherche Ecosia par défaut sur Chrome.

Agir pour la mobilité durable

Les déplacements professionnels et les trajets domicile/travail occasionnent 12 millions de tonnes de CO2 chaque année. C’est le premier poste d’émission de gaz à effet de serre (GES) des activités de bureau. Les trois quarts des trajets se font en voiture, avec, le plus souvent, une personne par voiture. Par ailleurs, les trajets domicile/travail représentent 30% de l’usage des transports routiers : la majorité des actifs parcourent une distance moyenne de 15 km par jour. En France, plus de la moitié des émissions de GES des transports est due aux voitures, le reste étant imputable aux camions (environ 1/4), aux véhicules utilitaires, aux avions et aux deux roues motorisés.

Émissions de CO2 par km et par mode.

Alors pour vos déplacements professionnels et domicile-travail, ces gestes peuvent faire une vraie différence :

  • Pratiquer le télétravail pour réduire ses trajets.
  • Prendre au vélo ou marcher pour les courtes distances.
  • Préférer les transports en commun lorsque cela est possible.
  • Covoiturer avec ses collègues ou des personnes extérieures.
  • Préférer rester sur place le midi plutôt que de rentrer chez soi.
  • Utiliser des vélos en libre service ou marcher au lieu de prendre la voiture pour aller chercher son repas.
  • Covoiturer avec des collègues pour aller au restaurant ou aller faire des courses.
  • Pour les déplacements professionnels, préférer toujours le train ou le covoiturage à l’avion.

Agir pour la gestion des déchets

Dernier sujet et pas des moindres, puisque 99% des ressources prélevées dans la nature deviennent des déchets en moins de 42 jours. Alors au bureau, comment agir concrètement ?

  • Utiliser des mugs, tasses et bouteilles lavables.
  • Refuser les sacs en plastique, préférer les totes bag ou cabats.
  • Refuser les goodies dont on n’a pas l’utilité (stylos, clés USB…).
  • Refuser la vaisselle jetable des plateaux repas et autres plastiques.
  • Ne pas acheter de produits surremballés.
  • Choisir des prestataires (repas, fournitures…) avec moins de déchets.
  • Sélectionner uniquement les pages nécessaires à la relecture lors d’une impression, et imprimer en recto-verso.
  • Privilégier les impressions en noir et blanc et utiliser de vieux documents comme papiers brouillons.

Vous l’aurez compris, à la maison comme au travail, c’est avant tout une posture basée sur la sobriété qui vous permettra de réduire votre impact carbone. Cette perspective peut vous paraître lointaine, irréelle, oui trop faible par rapport à l’ampleur de la crise climatique. C’est un sentiment normal, et partagé. Pour autant, ne négligeons pas le pouvoir de l’action et du collectif : faire, et faire ensemble, c’est un très bon moyen de créé une société plus durable et plus agréable pour tous ☀️.

À propos de l’auteur(e)

Damien a rejoint ilek en janvier 2019 pour mettre en valeur le travail et l’engagement quotidien de nos producteurs et productrices d’énergie. Passionné de territoire, d’environnement, de nature et d’écologie, il accompagne depuis nos partenaires. Le petit bonus : un super accent toulousain !

auther-image

Ces articles peuvent vous intéresser

Choisissons l’origine de notre énergie

Julien Chardon, 11 Déc 2018

Bienvenue chez nous !

Damien, 26 Sep 2019

10 nuances de vert pour 2023

Damien, 10 Jan 2023

Il y a du changement chez ilek 🌿

Julien et Rémy, 04 Oct 2022

Cap sur 2020 chez ilek

Julien Chardon, 23 Jan 2020