ilek prend soin de la santé mentale de ses équipes grâce à moka.care

Rebecca, 05 Août 2022
8 minutes
img

Le bien-être mental ou la carrière : et si les deux étaient possibles ? Le respect de l’équilibre entre la vie professionnelle et personnelle n’est plus seulement une option mais un besoin vital, d’autant plus avec la généralisation du télétravail. Chez ilek, au-delà de la prévention sur les enjeux de santé que nous mettons en place, on a poussé le sujet du bien-être au travail un cran plus loin en prenant en charge via la plateforme moka.care des séances de thérapeutes spécialisé·e·s en santé mentale.

 

Pour 94% des salariés, “se sentir bien dans son travail permet de se sentir bien dans sa vie en général”. C’est le résultat d’une étude menée par Alan (professionnel de l’assurance santé pour les entreprises) et Harris Interactive. Cette préoccupation croissante autour du bien-être mental ne concerne pas uniquement les jeunes de 18 à 24 ans mais la majorité des actifs.

Avec les nouveaux modes de travail et l’élargissement du télétravail, se sentir épanoui professionnellement ne passe plus uniquement par l’ambiance au bureau avec les collègues : d’autres enjeux sont à prendre en compte. Chez ilek, où nous sommes plus de la moitié des salarié·e·s sont en télétravail, Eléa, responsable RSE, aidée de Salomé sur la partie culture d’entreprise, s’emploie à maintenir et développer l’engagement des équipes. Des apéros organisés dans les bureaux une fois par semaine, des cafés virtuels pour apprendre à connaître ses collègues au-delà de son équipe lorsqu’on est en télétravail, une boutique interne sur laquelle des produits sont proposés aux salarié·e·s qui s’échangent des points via un channel Slack (messagerie en ligne) pour pouvoir les acheter… Tout est fait pour créer du lien.

Privilégier la prévention et l’écoute pour favoriser l’engagement

“On ne peut maintenir cet effort de développement de l’entreprise qu’avec des collaborateurs·trices engagé·e·s, qui vont apprendre et grandir avec nous, affirme Pénélope, DRH. C’est pour cela que le bien-être mental de nos équipes est indispensable”. Et cela va plus loin : “le parcours professionnel, la diversité et l’inclusion… ce sont des sujets importants sur lesquels nous nous engageons. Mais nous devons aussi privilégier la prévention, l’écoute, et l’équilibre entre la vie professionnelle et privée”. Une charte de la déconnexion a d’ailleurs été signée à ce sujet. Voici quelques exemples de points d’attention auxquels sont sensibilisé·e·s les collaborateurs·trices :

  

En France, 86% des français considèrent l’entreprise comme responsable de leur bien-être mental selon l’étude d’Alan x Harris Interactive. D’où le développement de plateformes telles que moka.care, apparue en 2020 sur le créneau de la santé mentale en entreprise. “La problématique du bien-être lié au travail a toujours existé, mais depuis la crise sanitaire, on constate que les entreprises s’emparent de plus en plus du sujet, privilégiant la prévention”, souligne Astrid Papoz, customer care chez moka.care. Chez ilek, l’enjeu a rapidement été saisi : car embaucher ne suffit pas, encore faut-il garder les talents, et favoriser leur bien-être, à tous niveaux. C’est pourquoi, depuis avril, jusqu’à 4 séances chez un thérapeute sont prises en charge par l’entreprise.

“C’est super de nous donner la possibilité de tester, ce type de consultation n’est pas accessible à tous·tes”
– Marine, conseillère ilek en expertise et médiation

En interne, les salarié·e·s qui ont testé la plateforme sont reconnaissant·e·s. Marine, conseillère en expertise & médiation, est passée il y a quelque temps par une période particulièrement stressante. Un achat immobilier avec déménagement imminent et gros travaux à prévoir, une charge mentale qui a généré des palpitations importantes à répétitions, jusqu’à provoquer des nausées. Très vite, sa vie personnelle a débordé sur la vie professionnelle, et inversement. D’autant que la jeune femme traite des dossiers parfois complexes et litigieux : “lorsqu’on est en télétravail, ce n’est pas toujours simple de faire la part des choses, confesse-t-elle. Il m’est arrivé de rêver de mes dossiers la nuit, et d’être préoccupée par ce projet personnel en journée”. Lorsque Marine entend parler des séances prises en charge via moka.care, elle prend rendez-vous avec un psychologue, une première. “C’est super de nous donner en tant que salarié·e la possibilité de tester. Ce genre de consultation n’est pas accessible à tous·tes”.

“Dans les moments de grosse pression, c’est important de savoir que l’on peut en parler à un professionnel sans être jugé au boulot”
– Nicolas, conseiller en énergie verte

Même son de cloche du côté de Nicolas, conseiller en énergie verte, qui vient tout juste de traverser une épreuve difficile au niveau personnel : un achat immobilier en couple, suivi d’une rupture. “Je n’avais plus la force de rien”, confie-t-il. Sur la plateforme, il se renseigne et trouve très vite la psychothérapeute dont il a besoin, un “vrai coup de foudre thérapeutique”, rit-il après coup. “Son écoute et sa bienveillance m’ont réellement permis de désamorcer le problème et faire face à la situation, sans me sentir jugé à aucun moment”.

La prise en charge de 4 séances : coup de pouce financier considérable

“J’ai toujours voulu consulter un psychologue, mais cela coûte cher. Le fait que ce soit pris en charge était le dernier coup de pouce qui me manquait pour pouvoir le faire”, confie une des membres de l’équipe produit. Lorsque la jeune femme revient de congé maternité, un mois après la date officielle à cause de complications liées à l’accouchement, elle appréhende particulièrement. “Je me voyais difficilement concilier ma nouvelle vie de maman et de salariée, j’ai toujours été très portée sur le travail, et je n’ai pas connu de modèle qui alliait les deux dans ma famille, confesse-t-elle. J’avais besoin d’aide pour trouver l’équilibre entre les deux, mais je ne savais pas trop où chercher”. Elle commence alors à fouiller sur la plateforme, et s’intéresser à l’hypnose. “Ce n’est pas magique mais ça m’a permis de me poser les bonnes questions, de rationaliser, et de mieux comprendre et appréhender les choses”, assure-t-elle.

Une entreprise progressiste

Tou·te·s sont unanimes : le fait qu’ilek propose ce type de prise en charge n’est pas une surprise, cela va dans le sens de l’ADN de l’entreprise, progressiste et dont la bienveillance est l’une des valeurs principales. Bien qu’ils le reconnaissent tous les trois, 4 séances n’est qu’un début. “C’est une belle mise en action initiatrice d’un suivi plus long, plus poussé derrière si le besoin s’en fait ressentir. En tout cas, c’est un bon pied à l’étrier pour commencer à s’occuper de soi”, résume Marine.

Discrétion et anonymat : une garantie de moka.care

“Confier ses problématiques personnelles à un professionnel encadré par une plateforme liée à mon employeur n’a pas été simple, admet Marine, mais le côté anonyme m’a bien aidée”. Du côté de moka.care, on l’assure : un total anonymat est garanti pour les quelques 15 000 salariés à qui leurs services sont proposés. Utilisée en moyenne par 40% dans la centaine d’entreprises avec lesquelles elle collabore, la plateforme se développe à grands pas, et la centaine de praticiens partenaires sont présents dans une vingtaine de pays. Tous·tes les utilisateurs·trices interrogé·e·s chez ilek sont d’accord sur ce point : la discrétion, la bienveillance et les conseils prodigués en amont et pendant les consultations sont la clé de la réussite de moka.care, qu’ils recommandent sans hésiter.

 

D’autant que le format est hybride : les thérapeutes proposent des consultations en présentiel, et en distanciel lorsque le·la salarié·e réside loin. Marine par exemple, a effectué ses 4 séances prises en charge par ilek en distanciel, et ce dernier n’a pas hésité à lui recommander l’un de ses confrères dans son secteur. Et pour creuser des sujets autour de la santé mentale et du développement personnel, des fiches pédagogiques, une newsletter, ou encore des webinars sont à disposition, et accessibles à tous.

Plus d’infos

img

À propos de l’auteur(e)

Rebecca a rejoint ilek en 2020 pour valoriser le modèle d’énergie verte en circuit court dans la presse et les médias. À l’affut de l’actualité du secteur de l’énergie renouvelable, elle s’intéresse aussi aux questions de RSE et de marque employeur, sur lesquelles ilek est engagé.

auther-image

Ces articles peuvent vous intéresser