Mobilité de demain et énergie renouvelable ? Plein gaz sur l’innovation.

Trottinettes, vélos électrique, overboard, baskets à air comprimé (ok, là on plaisante), les nouveaux moyens de se déplacer de façon « douce » sont de plus en plus nombreux 🌍 permettant de répondre à l’enjeu du dernier kilomètre qui sépare souvent les usagers de leur lieu d’arrivée, depuis un transport en commun. Alors finalement, se déplacer en vélo électrique, c’est juste un tendance, ou cela a un vrai impact ? Chez ilek on a notre petit avis sur la question, alors comme toujours, on a très envie de vous le partager.

Les modes doux, un modèle énergétique durable ?

Les nouveaux modes de transport urbains et électriques se heurtent à un flot de questions, parfaitement légitimes, et qui sont la clé de leur acceptation sur l’espace public. Pour autant, ils sont, de toute évidence, l’une des alternatives durables aux modes de déplacement motorisés à fort impact carbone (voiture individuelle thermique par exemple).

Alors quand on sait que le transport représentait déjà 14% des émissions de gaz à effet de serre mondiales en 2010, on comprend qu’il soit l’objet de débats. En effet, comment dans le monde que nous connaissons remettre en cause notre mobilité, une liberté acquise, induite dans nos vies, à laquelle on a bien du mal à renoncer ? Et d’un autre côté, comment envisager de s’engager pour la transition énergétique, en isolant son logement ou en changeant de fournisseur par exemple, sans prendre en compte les transports qui représente un facteur prépondérant de notre impact ?

Face à ce constat, la mobilité électrique émerge souvent comme une piste de solution. Elle permet en effet d’envisager un futur durable à la mobilité, qui fait appel à des énergies à minima moins émettrices de CO2, ou encore mieux, renouvelables. D’autant qu’une mobilité électrique, c’est aussi une mobilité plus silencieuse : en France, selon l’ADEME, 10 millions de personnes seraient exposées à des niveaux de bruit supérieurs à 65 décibels, dont 3 millions à des niveaux supérieurs à 70, et ce essentiellement du fait du trafic routier et ferroviaire.

Pour autant, ici nous pensons que la mobilité de demain, si elle doit certes être plus douce, réaliste quant aux besoins des usagers dans les espaces à la fois urbains et ruraux, doit avant tout s’appuyer sur des énergies a minima renouvelables, et si possible made in France. C’est en effet à ces seules conditions que nous parviendrons à construire un modèle de déplacement durable, tant dans le temps que dans son impact environnemental, mais aussi adapté à notre territoire national.

Pour cette raison, mais aussi parce que nous avons le défi chevillé au corps, avec ilek nous souhaitons avancer main dans la main avec les acteurs de la mobilité, et c’est pour cette raison que nous avons souhaité mettre en place deux opérations au service de nouvelles formes de déplacements électriques.

Innover en matière d’énergie renouvelable et de transport : ilek soutient deux initiatives

Pour inventer la mobilité de demain, celle qui nous permettra de conserver notre liberté, tout en assurant un impact minimum sur la planète, il nous semble important de chercher dès aujourd’hui le meilleur modèle. C’est pour cette raison qu’en septembre 2020, nous nous sommes associés à deux acteurs de la mobilité électrique : Marcel et son service de VTC électriques, et Tier, notamment sélectionné par la ville de Paris comme responsable de la location de trottinettes électriques en milieu urbain.

Aux côtés de Marcel, nous avons proposé d’utiliser la satisfaction client comme un levier de transition énergétique. Pour chaque client satisfait de sa course en voiture électrique avec un chauffeur Marcel (note de 4 et 5 sur 5), une recharge 100% électrique et made in France a été offerte par ilek 🌍 Bilan de l’opération : du 17 septembre au 17 octobre 2020, 4,4 tonnes de CO2 ont été évitées par des clients qui ont privilégié une solution électrique pour leurs déplacements. Un joli modèle de cercle vertueux !

Les mobilités douces, elles aussi, suscitent notre intérêt ! Et c’est pour cette raison que nous avons proposé à Tier de recharger 7900 trottinettes à Paris, Lyon mais aussi Grenoble et Bordeaux en électricité ilek, 100% verte et France. Quand on sait que depuis son lancement français en janvier 2020, Tier a fait économiser 221 tonnes de CO2 à la planète par la substitution d’une trottinette à d’autres modes de transport, cela nous donne plein d’idées pour la suite ☀️

Et demain ?

Vous l’aurez compris, notre vision de la mobilité est très proche de ce que nous souhaitons pour le futur de l’énergie verte en France : un modèle réaliste, simple, transparent, qui connecte les personnes et permet à chacun, à son niveau, de faire avancer les choses par de petits gestes simples.

Demain, nous avons l’envie d’aller encore plus loin avec nos partenaires, de donner toujours plus de cohérence à ce duo mobilité / énergie, pour lequel les possibilités sont nombreuses, et les impacts positifs aussi 🌱

D’autres articles qui pourraient vous intéresser :