Quelle empreinte écologique pour mon assiette ?

Eteindre la lumière en sortant de la chambre, ne pas laisser couler l’eau chaude sous la douche, ou encore désactiver le mode veille de son ordinateur… les gestes quotidiens pour économiser de l’énergie et réduire son impact sont nombreux 🔌 Mais vous êtes-vous déjà demandé quel était l’impact de votre alimentation sur la planète ? On ne va pas vous cuisiner plus longtemps, il est l’heure du bilan !

Le point sur la situation en France

Avant de commencer, faisons le point sur l’alimentation des français 🍽 En moyenne, elle se compose à 52% de boissons, et 48% d’aliments solides, dont une part importante de fruits et légumes et de produits céréaliers. Selon l’ADEME, 26 millions d’hectares de surface agricole sont nécessaires pour remplir les estomacs des français, dont 80% pour les produits animaux.

Et on ne vous apprend rien, cela pèse lourd dans l’empreinte carbone de la filière agricole : au total, les émissions de CO2 issues de l’alimentation représentent 1/4 de l’empreinte carbone des ménages français.

© ADEME

Ça en fait des impacts sur la planète ! Heureusement l’agriculture c’est aussi aujourd’hui une nouvelle source d’énergie renouvelable 🌱 en transformant les déchets de la ferme en gaz bio, la filière participe ainsi au développement d’énergies vertes made in France, avec un faible impact en CO2. On vous en parle par ici.

Quel impact en CO2 pour l’alimentation de mon foyer ?

Sans surprise, chez ilek on a voulu comprendre quel rôle joue l’alimentation sur le poids en CO2 de votre maison. Prêts pour un petit calcul ?

Avec un régime omnivore classique, un français produit en moyenne 1383 kg de CO2 par an, soit plus de 11% de vos émissions annuelles. En choisissant de consommer uniquement des produits d’origine non-animale, cette part retombe à 0,3% (soit 36 kg de CO2 par an).

En mangeant uniquement des produits végétaux, vous réalisez ainsi une économie d’émission carbone équivalente à 16 trajets Toulouse-Paris en ✈ (oui, on était obligé de citer notre chère Toulouse).

Alors difficile pour nous de vous donner des conseils en cuisine, notre spécialité est ailleurs ⚡ Sachez simplement qu’en choisissant une énergie 100% verte pour couvrir vos besoins, vous économisez l’équivalent de l’absorption de 338 arbres, soit plus de 2,5 tonnes de CO2 par an. Un bon moyen de manger plus sereinement !

Pistes de solutions pour limiter l’impact de son alimentation

Continuer à manger selon ses envies tout en limitant sa dépense énergétique et son impact sur l’environnement ? Tout un programme 💪 Petite sélection de gestes simples à utiliser sans modération au quotidien : 

  • Faire de la provenance des produits le premier critère de sélection : en consommant près de chez vous, vous limitez les dépenses énergétiques liées au transport, très importantes vous l’aurez compris.
  • Manger des fruits et légumes de saison : une concombre qui traverse l’Europe, ça en fait du CO2 ! Sans parler des besoins en énergie des cultures sous serre, unique solution pour produire des tomates en hiver, par exemple.
  • Transformez vous-même les produits que vous consommez. Cela évitera l’entrée dans une chaine industrielle consommatrice d’énergie, tout en vous laissant la liberté de toujours rajouter votre grain de sel !
  • Cultivez à la main un maximum de produits, directement dans votre jardin ou sur votre fenêtre. Cela dégagera toujours moins de CO2 qu’une machine agricole.
  • Choisir un équipement de cuisson adapté à ses habitudes : pour réaliser une soupe, une cocotte minute sera bien plus efficace sur le plan énergétique qu’une casserole. Utiliser un couvercle pour cuire une poêlée évite les déperditions de chaleur, et optimise donc l’utilisation de votre système de cuisson.

Et puis si vous avez d’autres conseils ou idées, laissez libre court à votre imagination, et n’hésitez pas à la partager autour de vous 🙂

 

Retrouvez l’ensemble de l’étude sur l’impact CO2 de votre alimentation par ici.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser :